VIDÉO Manuel Valls fait ses adieux à lAssemblée, « bon débarras », répond la France insoumise

En 2017, j’ai rejoint le service web du Télégramme, à Morlaix. Mais ce n’est qu’en 2019 que j’ai débarqué sur le terrain, à Quimper. Puis, après un petit passage sur le plateau d’édition, je m’occupe de la rubrique justice pour la rédaction quimpéroise depuis l’été 2021. Mais le tableau n’est pas tout rose pour l’ancien ministre. Certains internautes font fi du manque présumé de « liberté » de Nicolas Hulot en qualité de ministre, taclant ainsi le bilan de son action gouvernementale. « Les abeilles ne vous disent pas merci monsieur Hulot.

Quel bon débarras ?

 » Raha oviana ny valala be mandry no ho valala be mifoha » ?? La pieuvre a tout juste craché son encre noire pour faire diversion mais il s’agit toujours du même mollusque. On s’est débarrassé de Rajoelina mais le problème n’était pas que Rajoelina… L’équipe HAT continue, c’est juste la tête officielle qui change. En effet, elle ne doute pas de la présence de Andry Rajoelina au sein du futur gouvernement.

Soutiens la startup Bon debarras en partageant l’article 🙂

Nous proposons différents packs de prestations, allant de services de débarras gratuit au recyclage de vos déchets. Bonjour aux vierges là-haut, ne soyez pas trop brutal tout de même. En savoir plus sur le parcours des avis sur Trustpilot.

Pour chercher un mot dans le dictionnaire, tapez simplement ses premières lettres. Utilisez le bouton « Mots proches » pour activer la correction orthographique et phonétique. Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. C’est alors que Manuel Valls a entamé un marathon médiatique afin d’expliquer aux Français ses intentions. »Parfois, il m’est arrivé de confondre autorité et autoritarisme », a-t-il ainsi reconnu.

Bon Débarras : donner devient aussi simple que jeter

Nous sommes une entreprise spécialisée dans le débarras gratuit de meubles, donc nous serons là à l’heure quand vous nous appellerez. Pour couronner le tout, le maire Putz est spectaculairement paresseux, travaillant des demi-journées depuis Gracie Mansion ou un café à Brooklyn, où il aimait flâner après que la police l’ait conduit dans un gymnase. Au fil du temps, il ne s’est pas présenté le plus souvent à l’hôtel de ville – même avant que la pandémie ne frappe.

Quel bon débarras ?

Le premier pour avoir créé les conditions d’une révolte populaire place du 13 mai à Tana et de ne pas avoir su la contenir. Le second pour s’être maintenu au pouvoir pendant 5 ans sans avoir été élu et donc sans aucune légitimité démocratique et, pire, malgré les sanctions internationales qui ont saigné le pays à blanc. Je suis en colère contre les deux en particulier et contre les hommes politiques en général mais je ne les hais pas. Car il ne faut jamais oublier que le « virus orange ANR  » couve, sommeille dans le corps malade de la société malgache. Comment combattre ces individus qui gangrènent tous les sphères politiques et économiques ? La solution est dans une révolution culturelle, pas à la Mao Tsé Toung, mais une véritable révolution culturelle initiée fomentée par la jeunesse malgache qui ne doit plus laisser son destin aux mains des politiciens.